Association Connaissance du Japon

Voici un forum qui vous permettra de mieux connaitre l'association connaissance japon où vous pourrez discuter de diverses choses abordant le japon.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 le japon et les refugiés

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: le japon et les refugiés   Ven 24 Juil - 16:28

Face au sort des réfugiés au Japon, « j'ai honte de ce pays »
Par Thierry Ribault | Economiste au CNRS | 23/07/2009 | 11H42

(D'Osaka) Toru est depuis peu membre de l'association Rafiq (« ami » en afghan), qui vient en aide aux réfugiés au Japon. Il m'a convié à une réunion ce lundi à 18 heures à Osaka. Accueillis par une vingtaine de personnes de tous âges, nous nous asseyons sur les tatamis, autour d'une grande table où un repas est servi. Je reconnais des personnes déjà rencontrées lors d'un festival annuel de sans-abris d'Osaka.

L'hôte des lieux, Matsuda San, demande à chacun de se présenter brièvement. Des documents et informations de base sur la situation géopolitique des pays d'origine des réfugiés présents circulent. Un des participants a la caméra au poing. Toru lui demande quel usage il compte faire des images : la vie des réfugiés présents ce soir est menacée si des images les concernant tombent entre les mains des autorités de leurs pays respectifs. Une discussion s'engage, un accord est trouvé.
Le statut de réfugié, tellement difficile à obtenir

Trois réfugiés sri lankais : Aruna (33 ans), Asmin (50 ans), Namal (30 ans), et un nigérian, Watai (28 ans) sont présents. Ils ont passé, en arrivant au Japon, entre 8 et 19 mois au centre d'immigration et de rétention d'Osaka. Ils décrivent des conditions de vie très dures : violences et abus sexuels, surpopulation, accès réduit aux services médicaux, censure du courrier, communications téléphoniques limitées.

Asmin est au Japon depuis onze ans, Arun, Namal et Watai depuis sept ans. Depuis, ils sont en attente de l'obtention du statut de réfugié, mais se plaignent que les autorités japonaises sont toujours suspicieuses quant à leurs déclarations et leur situation :

« Ils ne veulent rien savoir, ils comprennent la situation mais ils ne nous croient pas. »


En 1981, le Japon a signé la convention de l'ONU de 1951 (dite convention de Genève) relative au statut des réfugiés, puis en 1982 il a signé le protocole de 1967. Depuis, néanmoins, sur les 5 000 demandes de statut de réfugié déposées au ministère de la Justice, seulement 451 ont abouti. Non seulement le nombre de demandes est l'un des plus bas des pays industrialisés, mais le pourcentage de rejet est aussi l'un des plus élevés : 88% en 1998 et 97% en 2008. Cette année-là, 41 demandes ont été satisfaites (contre 18 000 aux États-Unis, 13 000 en France, 8 000 au Royaume-Uni, 7 200 en Allemagne, 5 900 au Canada et 1 500 en Italie).

Depuis 2004, un statut de « réfugié provisoire » a été institué. Le demandeur bénéficie d'un permis de séjour de trois mois s'il dépose sa demande de statut dans les six mois suivant son arrivée. Le permis peut être renouvelé indéfiniment jusqu'à la décision finale ; toute procédure de reconduction est suspendue. Une fois le statut obtenu, le demandeur d'asile obtient un visa de résident permanent -valide entre un et trois ans- renouvelable.
Signaler le moindre geste, sous peine de « graves ennuis »

Seulement 16% des demandes de permis provisoire sont acceptés. Les détenteurs de ce permis ne sont pas autorisés à travailler. Encourageant ainsi le travail illégal (notamment dans le bâtiment et la restauration). Asmin, lui, n'a pas travaillé depuis trois ans. Mais Arun, Namal et Watai travaillent dans des usines de préparation de plats et de légumes pour les restaurants.

Ils ont le statut de « pré-réfugiés », ont un permis de résidence provisoire, doivent le renouveler chaque année, ont l'obligation de se présenter chaque mois au bureau de l'immigration d'Osaka pour faire état d'éventuels changements dans leur situation (adresse, numéro de téléphone, et doivent signaler le moindre de leur déplacement -à Tokyo et même à Kobe, pourtant toute proche- sous peine de « graves ennuis ».

Pour obtenir ce statut, ils ont dû trouver un garant japonais, et fournir en liquide une caution de 500 000 yens (4 000 euros), déposée auprès du ministère de la Justice : « On ne sait pas quand on les récupérera. » Chacun s'est péniblement appuyé sur sa famille pour réunir cette lourde somme.

Asmin, qui a perdu son frère, son beau-frère et sa sœur au Sri Lanka, montre la lettre d'un de ses cousins lui expliquant que dans son pays, chaque jour, des hommes, prêts à se faire sauter avec des bombes à la ceinture, sont arrêtés. Si la correspondance ne semble pas contrôlée, il n'a pourtant jamais reçu la cassette vidéo sur laquelle apparaissait sa maison détruite.

Tous quatre veulent apprendre le Japonais, et l'un d'entre eux cherche un emploi.
Fin de réunion

Les membres de l'association réunis ce soir souhaitent répondre rapidement aux besoins formulés et cherchent des solutions. L'un d'entre eux invite les réfugiés à venir jouer du tambour au parc Nagai chaque semaine. Un autre s'interroge sur la possibilité de trouver un cours de langue sans frais. Un autre encore va tenter d'obtenir des informations sur les possibilités de travailler.

Un grand silence suit cet enthousiasme, expres​sion(sans émoi) de fraternité. Les yeux de chacun sont baissés, le regard perdu un court instant. Il est 21 heures. On tire les dernières conclusions, on échange des numéros et on fixe la date de la prochaine réunion ; convaincus d'ici là, d'être en mesure d'apporter des réponses.

En repartant, Toru me confie :

« Je n'imaginais pas que les réfugiés avaient autant de difficultés au Japon. J'ai vraiment honte de ce pays. »

http://www.rue89.com/2009/07/23/face-au-sort-des-refugies-au-japon-jai-honte-de-ce-pays
Revenir en haut Aller en bas
 
le japon et les refugiés
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exposition Japon à la foire de Lyon du 19 au 29 mars 2010
» Photos Japon automne 2009
» BIG IN JAP [Japon]
» [magazine] Planète Japon
» [japon] top 10 annuel des ventes de manga de novembre 2009 a 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Association Connaissance du Japon :: Fourre tout-
Sauter vers: