Association Connaissance du Japon

Voici un forum qui vous permettra de mieux connaitre l'association connaissance japon où vous pourrez discuter de diverses choses abordant le japon.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 la crise financiere

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: la crise financiere   Lun 6 Oct - 9:31

interessant article :

La revanche du samouraï, par Pierre-Antoine Delhommais
LE MONDE |

Perdue au milieu des faillites bancaires en cascade, des nationalisations en rafale, des plans de sauvetage à 700 milliards de dollars ou à 350 milliards d'euros, la nouvelle est forcément passée un peu inaperçue.

La banque japonaise Mitsubishi UFJ a décidé, pour 9 milliards de dollars, de prendre 21 % de la banque d'affaires américaine Morgan Stanley. Quelques jours plus tôt, Sumitomo Mitsui avait dit son intention d'entrer au capital de Goldman Sachs et Nomura avait racheté les activités de Lehman Brothers en Asie et au Moyen-Orient. Le Japon s'emparant des joyaux de Wall Street, c'est la revanche du samouraï.

Une revanche inespérée, dix-huit ans après l'éclatement de la gigantesque bulle boursière et immobilière qui avait conduit à la banqueroute le système bancaire japonais.

A la fin des années 1980, conséquence des politiques monétaires ultra souples menées par les Alan Greenspan nippons, les prix des actions et des logements s'étaient envolés au Japon. En 1989, la capitalisation boursière de Tokyo dépassait celle de Wall Street et le stock immobilier nippon valait quatre fois celui des Etats-Unis. Pour le prix d'un mètre carré dans le centre de Tokyo, on pouvait s'offrir un grand appartement avenue des Champs-Elysées. C'était le temps où le Japon était tellement à la mode qu'il était devenu un modèle économique pour les Occidentaux, effrayant aussi par sa puissance et son expansionnisme. C'était le temps où Mitsubishi rachetait le Rockfeller Center, où Sony s'emparait de Columbia, où la nippophobie s'exprimait sans retenue, où Edith Cresson se permettait de dénoncer publiquement la menace des "fourmis jaunes".

Le gouverneur de la Banque du Japon, Yasushi Mieno, mit fin, début 1990, à cette grande fête de la spéculation, à cette super boum au Kabuto-cho en fermant les robinets du crédit. La bulle "Heisei", c'est son nom, creva sous la piqûre des hausses de taux, les actions plongèrent, l'immobilier suivit et les banques japonaises, sous le poids des créances douteuses, finirent par tomber comme des dominos.

Les Occidentaux observèrent cet effondrement avec un mélange de soulagement - la menace nippone s'éloignait - et d'incroyable arrogance - cherchant à imposer leurs solutions au gouvernement japonais pour assainir le système bancaire. A chaque réunion du G7, les ministres des finances nippons avaient droit à une leçon de bonne gouvernance financière, administrée sans ménagements par leurs homologues américains et européens.

Les Japonais ne sont pas rancuniers. Ils se gardent aujourd'hui de rendre la pareille aux Américains et aux Européens, de leur transmettre leur expérience de survivants d'une explosion bancaire. Et pourtant les banques nippones sont à peu près les seules au monde à ne pas avoir goûté au poison des subprimes. En partie parce qu'elles n'avaient pas encore surmonté le traumatisme des années 1990. Leurs erreurs passées, que le pays a mis environ dix ans à payer, très cher - celui de la déflation -, les ont dissuadées de se lancer dans l'aventure mortelle des crédits immobiliers américains à risque.

Aussi parce que les banquiers japonais, de façon quasi culturelle, n'ont jamais été de grands amateurs de ces produits dérivés high-tech fabriqués par des petits génies des mathématiques, qui ont fait le bonheur, puis le malheur, des grandes banques de marchés occidentales. Lors de la création des nouveaux marchés financiers, il y a vingt ans, un des jeux favoris des jeunes golden boys de la City et de Wall Street était de "coller" - d'infliger des pertes - les traders nippons un peu trop naïfs. Les fous de jeux vidéo et d'objets électroniques dernier cri n'ont jamais été séduits par les CDS et autres gadgets financiers. Les banques japonaises sont aujourd'hui récompensées de ce qui apparaissait hier encore au mieux comme de la ringardise, au pire comme une infériorité génétique.

Le retour en grâce de la finance nippone, il faut bien le reconnaître, n'est certes pas fait pour passionner les foules. Le Japon et son économie n'intéressent plus grand monde, qui n'a d'yeux que pour sa voisine et rivale - et au passage principale partenaire commerciale - la Chine. Pour trente longs dossiers célébrant le miracle économique chinois, on compte à peine un bref article consacré à l'économie nippone. Celle-ci reste pourtant la deuxième économie mondiale, et de très loin la plus puissante d'Asie : trois fois plus grosse que la Chine ; 128 millions de Japonais produisent plus que les 2,4 milliards de Chinois et d'Indiens réunis.

Le pays présente d'immenses faiblesses : une population vieillissante, des inégalités croissantes, une productivité nulle dans les services, une dette publique record de 180 % du PIB, une Bourse définitivement plombée, revenue au niveau de 1985. Mais surtout de très grandes forces : une société de connaissance et d'innovations, numéro un de la robotique, avec un budget de R & D atteignant 3,3 % du PIB, seulement dépassée par la Suède et la Finlande ; une balance commerciale excédentaire de 262 milliards de dollars mais aussi le réseau de transports publics le plus performant de la planète, sans oublier Toyota, le plus grand constructeur automobile mondial. Après une décennie qu'on a dit perdue et qui ne l'a peut-être pas été autant que ça, le Japon est de retour. Tout le monde s'en fiche. On ne devrait pas. Car c'est au moins la preuve qu'on arrive à se remettre de l'explosion d'une bulle spéculative géante. Un espoir, donc, pour nous les Occidentaux.
Revenir en haut Aller en bas
 
la crise financiere
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Signes avant coureur d'une crise cardiaque
» "la crise actuelle est née en 1971"
» La crise débarque en sport auto...
» [Explication] La crise
» Striptease contre la crise gouvernementale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Association Connaissance du Japon :: Fourre tout-
Sauter vers: